Saint Ambroise

Saint Ambroise

par Igor Myrtille

J’étais dans un rêve érotique deux doigts m’ont mordu le bras. D’habitude c’était les araignées. Là c’était Mémé. « Viens on va prendre l’air » elle m’a dit.

Suffisait de sortir de la chambre pour entendre les murs ronfler. Ça faisait vibrer les bouteilles vides sur la table. Dehors j’étais surpris il faisait vraiment vraiment très bon. Mémé est partie cueillir ses choux moi j’ai marché vers la mare visqueuse aux algues vertes grises voir si je pouvais parler aux canards. En passant devant la chapelle j’ai entendu le curé hurler dans son sommeil « mais il va la fermer lui ! ». Je crois que Dieu était encore saoul il gémissait des conneries à tout-va c’était le matin de Noël.

Les canards ronflaient alors j’ai continué. Je suis entré dans le champ du paysan derrière le sale type aux trois molosses qui me poursuivent quand je passe à vélo. Eux aussi ils ronflaient. Des ronces partout la vache ça me gratte encore il y avait comme un monticule au fond ça puait. Du haut de ce beau tas de fumier j’ai regardé les premières lueurs du jour le curé gueulait encore c’était le matin de Noël.

Les canards ronflaient alors j’ai continué. C’était comme si je n’allais jamais m’arrêter de rire je continuais hilare à regarder Adrien patauger dans la fontaine visqueuse sur son vaisseau sa poubelle à carton. Et les canards qui ronflaient toujours la tête enfoncée dans leurs plumes vertes soyeuses et rêches. C’était d’un comique mon dieu ma gorge est encore irritée malgré les pastilles.

« On change de fontaine » je lui ai dit et il n’a pas répondu il ne répondrait plus avant le matin. Je l’ai entendu ronfler et alors d’un coup plus de lumière j’avais oublié mais c’était bien la nuit et maintenant j’étais perdu dans tout ce monde. J’ai marché à droite à gauche devant derrière c’était tout noir je voyais rien. J’ai fait les cent pas comme on dit et jamais d’obstacle je me suis dit tu es dans un espace vide alors j’ai choisi une direction. J’ai marché longtemps je crois ou du moins j’en ai l’impression il y avait l’odeur de chêne vert d’un autre type de chêne et des bouleaux et peut-être des arbres fruitiers et de l’herbe pas haute. C’était noir je voyais rien c’était comme si des insectes des araignées se jetaient sur moi ça me grattait partout ça me démange encore.

Puis d’un coup un parfum de choux je me suis dit c’est le moment d’ouvrir les yeux. J’ai ouvert les yeux et là c’était l’aube j’étais entre la mare visqueuse et la chapelle il y avait un type qui hurlait dedans. Bon sang Dieu était encore saoul. Dans la mare les canards et la poubelle à carton. Là devant j’ai vu une silhouette d’homme sur un tas couleur merde les canards ronflaient alors j’ai continué je suis allé vers elle. J’avançais dans le champ des ronces partout je me grattais et une odeur de merde de plus en plus forte. La silhouette était sur un tas de merde c’était sûr de la merde de vache de cheval d’asticot ou peut-être un peu de la merde de tout. Ce serait pas je me suis dit oui c’est Adrien sur ce tas de merde enfin on dirait lui mais pas la même posture le type est vraiment figé droit sur son tas de merde et Adrien se tient pas comme ça. Je suis arrivé à sa hauteur il regardait vers la lumière déjà orange jaune de l’aube alors je me suis mis face à lui pas de doute c’était bien Adrien mais là pour l’instant c’était quelqu’un d’autre il bronchait pas. Je lui faisais des signes je gueulais à son oreille je le frappais il bronchait pas et ça sentait la merde. Alors je suis resté face à lui à le regarder regarder le soleil levant sur son tas de merde j’avais chaud mais les premiers rayons allaient percer je me suis dit ce type attend les premiers rayons. En face je voyais la chapelle déjà un peu illuminée ça allait venir les canards ronflaient. Puis sur lui l’ombre a disparu ses yeux se sont éclairés.

Alors Adrien a éclaté de rire il m’a dit « viens on va rentrer ». Il est descendu on s’est mis dos au soleil pour marcher bien voir les ronces. Dans la chapelle ça ronflait maintenant les canards faisaient leur toilette. Adrien a nagé un peu dans la mare visqueuse la poubelle à carton est sortie de l’eau. Il m’a pris par le bras ça sentait la merde l’algue et le choux on rentrait chez Mémé c’était le matin de Noël.

Le site d’Igor

Advertisements

Leave a comment

Filed under Face B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s