Quel bonnet êtes-vous?

par Eva

1415802_10202256126425915_2104455924_n

Lundi 25 novembre: atteinte d’un énième rhume, du selon mon aimable mamie à mon goût immodéré pour les jupes courtes suivez-moi-jeune-homme, je me rends emmitouflée tel un oignon doux des Cévennes chez ma pharmacienne chercher mes potions de guérison. L’accueil est digne d’une punchline d’humoriste de bas étage: “Tiens, votre bonnet à vous n’est pas rouge ?”. S’ensuivent alors un petit ricanement d’auto-satisfaction de la commerçante face à un tel trait de génie puis une diatribe féroce contre “ces voyous alcooliques qui cassent tout pour le plaisir de détruire blablabla”.

Nonobstant, ces postillons haineux que j’ai courageusement fui sans demander mon reste, me font méditer sur la symbolique du bonnet, objet traditionnellement neutre, innocent même, et pourtant actuellement instrumentalisé par divers mouvements de protestation.

Avoir froid aux oreilles serait-il une revendication de droite ? Le bonnet rouge deviendrait-il l’emblème du chaos ? La laine exprimerait-elle un potentiel révolutionnaire ? Plus grave encore, que porteront les mécontents pour la saison printemps-été 2014 ?

Toutes ces questions et aucune réponse car hélas!, l’inestimable Roland Barthes a omis d’inclure un chapitre “Bonnet mode d’emploi” dans son fabuleux Mythologies.

Qu’à cela ne tienne, affalez-vous dans votre fauteuil et faites infuser un petit thé vert; sans plus attendre, découvrez votre identité bonnetière !

Vous êtes un bonnet rouge si:

– la simple mention du terme “écotaxe” vous fait pousser des furoncles violets sous les aisselles

– vous aimez profondément votre gros camion et vous ne voulez pas que le gouvernement lui fasse du mal

– vous estimez que Nantes, c’est pas breton, et que Jean-Marc A. est un traître qu’il faudrait noyer dans du cidre brut.

– vous avez la nostalgie des affrontements à coups de fourche; d’ailleurs vous avez regardé dix-huit fois Jacquou le Croquant, votre film préféré

– votre sponsor officiel s’appelle Armorlux

– vous vous fichez quelque peu de la taxe poids lourds; d’ailleurs vous n’êtes même pas breton(ne). En revanche vous êtes possédé(e) par la folle envie de faire des méchouis de radars partout dans le pays.

– vous êtes un(e) inconditionnel(le) du commandant Cousteau

Si vous arborez un bonnet vert:

– vous prenez le tramway sans ticket pour pouvoir vous payer quotidiennement votre dose vitale de café et ainsi supporter la violence du réel.

– la CAF, les APL, la pension alimentaire versée par votre paternel et votre livret A servent à renouveler votre abonnement de bus.

– vous pensez très sérieusement à investir dans une bicyclette pour effectuer le trajet Montpellier-Paris quand l’envie vous prend d’aller festoyer avec vos poteaux. Après tout il ne fait pas encore trop froid et ça vous fera le mollet galbé.

– vous trouvez que la SNCF ne se mouche pas du coude sur les prix des billets. Surtout que le pipi-room de l’inter-cités laisse fortement à désirer. (Tous les quidam de France et de Navarre ont eu un jour cette pensée. Il y a donc potentiellement 66 millions de bonnets verts.)

Vous êtes un bonnet rose:

– vous vous appelez Marie-Thérèse et chaque 21 janvier vous vous rendez avec votre époux Jean-Eudes verser votre larmichette sur la tombe de Louis XVI

– vous soupçonnez l’instituteur de votre petit Hubert-Philippe d’être un bolchévique

– quand vous entendez les acronymes PMA ou GPA, vous êtes pris(e) de sueurs froides, vous apercevez un tunnel avec au bout une grande lumière, vous vous évanouissez et Jean-Eudes doit alors appeler un exorciste.

– vous possédez un portrait dédicacé de Christine B. que vous avez solennellement installé sur un autel, avec petites bougies toussa toussa

– vous êtes convaincu(e) que Christiane T. s’est échappé du Jardin d’Acclimatation en 1877 et que sa longévité est due à l’absorption massive de bananes radioactives et d’obscurs rituels vaudous.

Vous portez un bonnet orange:

– vous n’avez aucun goût. Voilà voilà.

– le cheval est le meilleur ami de l’homme. D’ailleurs vous en venez parfois à vous demander s’il n’est pas meilleur que l’homme tout court.

– vous êtes saisi(e) de crises de rage incontrôlables lorsque l’on ose médire sur Steve Guerdat ou Rolf-Göran Bengtsson

– avec la TVA équestre relevée à 20%, vous vous tâtez à aller voler fourbement les bottes de foin au salon de l’Agriculture pour pouvoir nourrir votre écurie.

Si vous vous coiffez d’un bonnet jaune:

– hum vous aussi vous n’avez aucun goût.

– en tant que petit professionnel de l’assurance, vous aimeriez sauver votre emploi; en tant que travailleur(se), vous aimeriez vivre en harmonie avec votre compte en banque en choisissant une complémentaire santé adaptée à vos moyens

– votre ulcère à l’estomac se réveille quand vous vous demandez avec angoisse comment vous allez réussir à payer l’appareil dentaire du petit dernier, le traitement pour l’acné de votre ado et l’opération de la hanche de votre belle-mère

– vous êtes prêt(e) à vous faire hara-kiri devant la ministre de la Santé pour sauver la Sécu

– vous vous êtes arraché(e) votre dent cariée tout(e) seul(e)

Vous avez opté pour le bonnet blanc:

– vous vous réveillez toujours en catastrophe les mercredis matins, après avoir passé une nuit cauchemardesque, car vous oubliez toujours si Jean-Kévin a école ou cours de poterie.

– vous consacrez la moitié de votre salaire au baby-sitting et/ou au centre aéré à cause de ces foutues réformes de rythme scolaire et cela commence à vous agacer légèrement.

– votre divertissement favori consiste à faire des rimes douteuses en “on” sur Vincent P.

– vous êtes déchiré par un cruel dilemme chaque samedi matin: vous extirper de votre couette pour amener votre petite Josette à l’école, ou demeurer béatement dans une relation fusionnelle avec votre oreiller et faire de votre enfant une sauvageonne inculte

Vous avez fait le choix du bonnet bleu:

– vous tolérez qu’on vous qualifie de poulet mais certainement pas de pigeon

– vous travaillez à Marseille

– vous ne comprenez pas pourquoi après vous être démis(e) 4 fois l’épaule et essuyé(e) autant de fusillades, votre salaire n’augmente toujours pas

Vous vous êtes décidés pour le bonnet noir:

– vous êtes cet être légendaire, champêtre et bucolique, défiant Apollon au pipeau et se désaltérant avec la rosée du matin tout en louchant discrètement sur des nymphes. Bref, un berger quoi.

– vous avez peur du Grand Méchant Loup

– vêtu(e) de votre jolie cape rouge, vous apportez gaiement chaque semaine une galette et un petit pot de beurre à votre mère-grand

– vous habitez dans le Gévaudan

– vous êtes plutôt partisan(e) du “un bon ours est un ours mort”

– rien à voir avec la Convention de protection des loups des Hautes-Alpes, ledit bonnet était juste en promo chez Auchan

Votre aimable figure est recouverte d’un passe-montagne:

– vous ignorez jusqu’à l’existence même du mot “sensualité”

– vous êtes un terroriste tchétchène.

– vous avez 11 ans et votre mère ne vous a pas laissé le choix. Pire, elle vous a même accompagné jusqu’au portail du collège pour s’assurer que vous garderez votre cagoule jusqu’au bout. Les yeux brillants de méchanceté gratuite des cagoles de 3e qui vous aperçoivent suggèrent que le trimestre ne va pas être de tout repos, et que vos chances de sortir avec Vanessa sont désormais proches du Néant. Courage.

Vous êtes un sans-bonnet si:

– vous avez confondu ledit bonnet avec un sac à vomi à l’apéro de Bernard et Lulu samedi dernier.

– vous vivez à Cancun

– votre tête dénudée est l’expression de votre apolitisme.

– vous êtes convaincu que l’Hécotax est un médicament diurétique

Advertisements

Leave a comment

Filed under Face B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s